• vend voilier Figaro Six avec HB Tohatsu peu servi

    possibilité de garder sa place au port de saint Valery en Caux, bateau entretenu et antifooling fait en aout dernier.

    prêt a naviguer

    Tel: 06 25 94
    71 12
    Localisation:
    Ressons-sur-Matz (dép. 60)

    Vends Figaro 6

    Vends Figaro 6

    Vends Figaro 6


    3 commentaires


  • he



    he


    votre commentaire

  • L'été dernier, lors d'une navigation de deux semaines de cabotage en Bretagne...

    Beau temps, mer plate, bon vent.
    Le bateau glisse facilement avec célérité sur la mer, la "capitaine" est à la barre, le chuintement de l'eau sur la coque...
    Navigation facile et magnifique !

    Bref, n'ayant rien à faire, je me sent m'assoupir tranquillement.
    Pour me réveiller un peu et ne pas plonger dans le sommeil devant témoin, j'ai une bonne idée;
    Nettoyer le plancher du cockpit qui n'est nettement pas immaculé !

    Je prends le beau seau bleu, enroule de quelques tours la garcette autour de mon poignet afin de ne pas le perdre et jette nonchalamment le seau à la flotte.

    Et immédiatement je décolle du banc de cockpit où j'étais malencontreusement assis dos à la mer et suis brutalement projeté vers l' arrière du bateau !

    J'arrive de justesse à bloquer mes deux genoux contre le tableau arrière mais j'ai déja la moitié du corps hors du bateau et je suis tiré à l'extérieur, je n'ai pas de prise car mon bras gauche est coincé, la "capitaine" ne peux pas m'aider, étant à la barre sur l'autre bord, et la garcette étant bien enroulée sur mon poignet même en ouvrant la main elle ne se décroche pas.

    Au dernier moment j'arrive enfin à m'agripper de la main gauche au balcon arrière et à mieux positionner mes pieds et genoux pour mieux résister à "l'attraction" de ce beau seau bleu comme la mer....

    Je dois me dépêcher d'arriver à remonter ce seau vers moi parce que je suis en équilibre précaire et la douleur dans la main droite commence à être très sérieuse.

    En tirant de toutes mes forces, en rattrapant de la garcette et la coinçant avec un genou, ne pouvant lâcher le balcon de ma main gauche, j'arrive lentement à remonter le seau à bord et à vaguement reprendre une position plus plausible pour un équipier, et enfin je me rassois sur le banc essoufflé.

    On se regarde...
    Bien sûr, sur une mer si plate et par beau temps, je n'avais pas enfilé mon gilet...

    Nous allions bien plus vite que je ne le pensais.
    J'étais plutôt somnolent.
    Belle leçon !

    Conclusion:

    -Ne jamais laisser un sot manipuler un seau en navigation, fût il bleu !
    -Il faut sérieusement ralentir sa vitesse pour tirer de l'eau
    -Il ne faut jamais faire plusieurs tours autour du poignet avec la garcette
    -Il faut toujours prendre une bonne position, bien se tenir au bateau
    -Il faut toujours lancer le seau vers l'avant et absolument le sortir  au niveau du maitre-beau, et ne jamais      le laisser filer vers l'arrière !


    votre commentaire

  • Kirikou sur papier glacé 
     
    Il y a pire métier que celui de journaliste spécialisé !
     
    Naviguer, raconter ses plaisirs, partager sa passion et ses découvertes avec les lecteurs…
    Il est des professions plus contraignantes !
    Ce métier je l’exerce à bord de bateaux d’eau douce, de péniches, de bateaux fluviaux. Parfois, bien sûr, l’eau des rivières et canaux manque de sel, les écluses barrent l’horizon et leur parfum a plus le goût de vase que celui de l’iode.

    Une carence palliée par Kirikou, mon Figaro 5, avec lequel je navigue chaque fois que possible.
     
    J’ai fait à plusieurs reprises le récit de sa rénovation sur le blog, et une autre version vient de paraitre dans les pages de la revue Fluvial.
    La plaisance change et revient à des bateaux à taille humaine et au coût en adéquation avec l’usage que l’on en fait. C’est le but que je poursuis en diffusant une nouvelle version de ce récit : dire que l’on peut faire beaucoup à partir de peu, et surtout que l’on peut faire soi-même un bateau enthousiasmant à partir de panneaux de contreplaqué ou d’une coque délaissée.

    Une incitation à tenter l’aventure, que l’on peut trouver dans les pages du Fluvial n°289 (février)

    Kirikou s'affiche à nouveau dans la presse !

    actuellement en kiosque.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires