•  

    Petit commentaire sur ma navigation en Figaro 6, à l'instigation du blog des figaros.

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)

    Ces 3 mois sur le bateau ont été riches de découvertes,de plaisirs,de frayeurs...
    C'est , je crois, le lot de ceux qui s'aventurent sur l'eau des rivières, des fleuves, des mers.....
    Des moments hors-normes partagés avec La Capitan Papagay de Béna, qui ne s'appelle pas Coco comme certains semblent le croire.

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)

         Mais parlons du Figaro 6,c'est lui la star....

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)

    Première surprise: l'usage de la dérive.
    Habitué aux quillards,il m'a fallu un peu de temps pour penser à la monter-descendre.
    Au moteur, dans des espaces exigus, je me suis précipité plus d'une fois sur son palan de manoeuvre pour la descendre et faire virer Angèle dans un mouchoir....
    A la voile, même au bout de 3 mois, il m'est arrivé, après un bord de portant, d'oublier de la descendre pour repartir au près et de me demander pourquoi le bateau ne voulait pas virer....
    sûrement El Zaïmeur !!!!!

    Deuxième surprise liée elle aussi à la dérive:
    un dériveur n'est pas aussi bon au près qu'un quillard, question de profil de l'aileron et c'est bien dommage. La trace gps (de l'application navionics sur androïd) des bords de près a une gueule pas terrible...

    Tout seul à tirer des bords devant les roches noires du Cap de Creus, dans une mer un peu trop grosse pour moi mais avec un vent très maniable, mon inquiétude s'est aggravée au vu des résultats de mes efforts pour arriver à le passer....
    Sur le fond, un angle de 120°, bord sur bord.... Celà commence à ressembler à un bord carré...

    Finalement, plus tard, après avoir navigué devant Port Camargue "en course" contre d'autres voiliers plus gros, plus petits, j'ai pu  réviser mon jugement... Le Figaro 6 n'est pas si mauvais que celà....
    Il me faudra tout de même éclaircir cette histoire de trace gps avec quelqu'un de mes amis, familier de ces machines.

    Les surprises s'arrêtent là... Quoique!!!!!
    J'avais oublié bien des choses de la mer et du vent...
    Il parait qu'on ne conserve que les bons souvenirs,ce qui expliquerait les "c'était mieux avant".

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)


    Je trouve que le bateau va vite,à toutes les allures...

    Au portant, génois ou foc grand ouverts grâce au très long tangon et dérive relevée,c'est vraiment l'éclate...
    Le régulateur d'allure conduite ça très bien,même en plein vent arrière...
    Il faut juste se faire une petite place au vent, à l'arrière, voire sur la jupe et profiter...
    Au près, il va vite aussi, plus vite si on laisse porter....
    Je le trouve un peu difficile à équilibrer au travers mais ne me suis pas trop acharné sur l'affaire.

    Le gréement choisi, 2 mâts libres, n'a pas posé de problème....
    A cause de leur souplesse, le bateau navigue "à plat", gîte peu si on est raisonnable quant à la surface de voile ... Ne pas hésiter à réduire. C'est un petit bateau ....

        Prises de ris au pied du grand-mât... Tout s'est bien passé malgré le manque d'infos sur les plans...
        La bôme, articulée sur le pont, a bien répondu à mes attentes. Une épontille dédiée reprend l'effort de  
        compression.      Là non plus pas de problème...

    A l'avant où les voiles sont ralinguées, envoyer est facile... Juste trouver sa place, préparer la manoeuvre et présenter la voile correctement...
    Le foc à ris est confortable car n'imposant pas un changement complet de voile. Il nécessite un 2 ème jeu d'écoutes.
    Pour que la rotation se fasse bien car il faut se souvenir que ce sont des mâts rotatifs, un peu d'huile de cuisine (en principe plus propre que de l'huile minérale, du silicone ou du téflon) procure la lubrification nécessaire .....

     

    Ergonomie du pont:
    les lignes de vie, oranges sur les photos, ne sont pas pratiques...
    Je les ai remplacé par du bout, le long des listons, de l'étrave au tableau arrière...
    Cela sert de "main courante" et pour crocher le mousqueton du harnais... Le bout sera remplacé par de la sangle qui ne roule pas sous le pied....
    Le pont flush-deck qui a ma préférence,l a conserve.
    Les bancs du cockpit, déjà élargis au détriment de "la baignoire" peuvent l'être encore un peu... On gagne de la place dans les coffres, à l'intérieur et en confort, dehors....
    Les coffres, étanches vers l'intérieur et auto-videurs remplissent leur office....

       Le fauteuil de cockpit, visible sur les images est confortable ... On y est bien calé, mieux que sur les 
       banquettes. Il reste en place pendant les manoeuvres.         

    La jupe: incomparable!!!
    La baille à mouillage: indispensable.

    L'intérieur:
    Petit bateau, petit espace....
    Un seul regret: ne pas avoir trouver le "truc" permettant de gagner un peu de hauteur sous barrot en baissant les deux banquettes du carré... Ca le fait quand même pour mes 170 cm mais faut pas être plus grand...
    Pour le reste, j'ai eu ce que je méritais... Une petite table solide, des mains courantes pratiques, une cuisine de gaucher, un couchage confortable.
    Ventilation efficace, pas de condensation.
    Y vivant seul, j'y ai eu toute l'aise nécessaire malgré le jeu de voiles neuves et raides, qui occupe un gros volume.

    Matériel de nav':
    Cartes papier, guides et téléphone +applis cartes et gps...
    Sondeur: un plomb au bout d'une ficelle. Efficace et rarement en panne.
    Le régulateur d'allure navik a barré presque tout le temps... Il marche très bien... Un petit pilote électrique aurait été commode pour la navigation sur le fleuve mais impose d'avoir une batterie et de quoi la charger... En projet.....
    Le moteur, un honda 4t, 2,3cv a poussé le bateau sans faiblir... Même sur le Rhône, avec une petite conso...
    Un peu plus de puissance serait la bienvenue.

    Parmi les bricoles qui ont cafouillé, l'antidérapant maison en coquilles de noix qui se décolle, remporte
    la palme... Tout cela car je n'ai pas poncé la sous-couche d'accroche...


    Que dire de plus???
    Que toutes ses couleurs attiraient l'oeil et la sympathie ?
    Qu'il y a peu de petits bateaux en mer ?
    Que la mer n'est pas aussi propre que souhaitable ?


        En tous cas,nous voilà rentrés à la maison. Angèle sur sa remorque, mézigue dans ma niche, prêts à 
        repartir...

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 77 ... L'heure du bilan  ;-)


         Voici un bilan chiffré (2017) pour ceux qui seraient tentés par une construction d'un Figaro 6, en
         fonction bien sûr des "options" et de l'accastillage ou équipements choisis.

         Une remarque de l'éditeur  du blog;
         Ces chiffres sont à considérer "à minima" car notre ami Etienne est particulièrement doué pour trouver
         des "bons plans" que ce soit pour les matériaux,  la colle, l'accastillage d'occasion, la peinture (réseau
         auto/camion) ou fabriquer tout lui-même de ses petites mains !
         Il n'a pas passé souvent la porte d'un "shipchandler" ;-)
         (Correction: la peinture achetée par Etienne vient de son fournisseur local de matériaux BTP)

        Divers: (plans, voiles) 2591 euros
        Tissus de verre: 270 euros
        Insubmersibilité: 224 euros
        Contre-plaqué :1561 euros
        Sapin: 556 euros
        Colle: 1528 euros
        Accastillage: 1626 euros
        Peinture: 385 euros
        Visserie (de construction, non inox): 70 euros
        Matelas, tissus: 300 euros

        Total: 9111 euros


    6 commentaires

  • Sondage; vos lignes de vies sur votre Figaro 6 ?

    Tout est dans le titre !

    Avez vous des lignes de vies sur votre Figaro 6 ?
    Comment les avez vous configurées, fixées, sur quels points d'attaches ?
    Quels bouts ou sangles ?

    Donnez nous vos solutions "spéciales Figaro 6", par le biais des commentaires ou par mail directement
    ;-)
    A vos plumes, camarades !


    3 commentaires

  • Grâce au confinement obligatoire, l'idée a germée...

    Et pourquoi ne pas restaurer notre petit Figaro 6, "mini-Ar" bien oublié depuis sa dernière navigation en 2014 ?

    La restauration minimaliste listée serait celle ci-après :

    Réfection du hauban cassé
    Etai à revoir ou remplacer
    panneau de descente à refaire
    panneau coulissant à refaire
    le lest ayant bougé (!!!) il faut revoir tout cet aspect.
    appareil à gouverner à revoir
    antenne
    Voiles complètement HS à renouveler
    Drisses/écoutes à revoir ou changer
    Peinture de coques (et de pont ?)
    Accastillage à revoir (et à refixer!)

    Il ne nous reste plus ;-) qu'a démarrer le chantier le plus vite possible, en sachant que l'approvisionnement sera difficile !

    Nous vous tiendrons au courant de l'avancée du chantier !


    3 commentaires

  • La dernière "ligne droite" !

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...
    Le "pitaine" protégé par son "taud repliable" ;-)

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...
    L'écluse est-elle bien proportionnée au Figaro 6 d'Etienne ?

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...
    Sacrée muraille vue d'un petit bateau !

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...
    Etienne et son fier voilier de retour au port de départ !

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 76 ...
    Le beau Figaro 6 sorti de son élément naturel pour rentrer à la maison...
    Fin du voyage !
    ...




    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique