• Voici une "chèvre" artisanale pour aider à mâter un Figaro 5

    Ce dispositif d'aide au mâtage est constitué de deux tasseaux, d'une tige filetée et de bouts.
    La longueur des tasseaux doit être égale à la distance cadène / roulette de davier.

    On démarre par une découpe en biseau à une extrémité de chaque tasseaux (partie qui se rejoindra vers l'étrave du bateau, reliés par une tige filetée, ou mieux, un long boulon), une découpe en arrondi du coté qui se posera sur le passavant coté cadène avec un perçage afin d'y passer un bout qui reliera les jambes de cette "chèvre" aux cadènes.

    Il est important de protéger la peinture des passavants des frottements des pieds de la "chèvre" par des bandes de caoutchouc, moquette ou autres.

    Le bateau fixée à la remorque par des sangles, on utilise le crochet du treuil de la remorque (fixé sur la tige filetée de la chèvre tout comme la fixation basse de l'étai) pour tirer l'étai jusqu'à sa position finale.

    On peut, bien sûr, assurer un peu latéralement le mât en mettant des drisses (cordages sans élasticité),
    de chaque coté, des cadènes à l'anneau de tangon par exemple.

    Voici un exemple en photo:

    Une chèvre artisanale pour mâter votre Figaro 5

    Une chèvre artisanale pour mâter votre Figaro 5

    Une chèvre artisanale pour mâter votre Figaro 5

    Une chèvre artisanale pour mâter votre Figaro 5

    Une chèvre artisanale pour mâter votre Figaro 5

     


    votre commentaire

  • Voici un didacticiel que nous a aimablement adressé Yannick, pour déposer la dérive d'un Figaro, en solo s'il vous plait !

    Veuillez vous re-diriger vers cette page;

    http://figaro-5-figaro-6-herbulot.eklablog.com/le-figaro-6-c25956024


    votre commentaire

  • Etienne nous fait part de ses recherches concernant les anti-dérapants de pont et cockpit;

    Dans un premier temps, trop confiant, j'ai choisi d'utiliser la poudre d' "international" mélangée à la peinture pour faire l'antidérapant...
    Le résultat est visible sur les images où le pont est bleu.

    le concept est intéressant mais le résultat est loin d'être à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'un antidérapant de pont... Vraiment pas assez de grip: trop casse-gueule !!!!!!

    Je me suis alors tourné vers du sable, du sel, du sucre soupoudrés sur une couche de peinture fraîche.


    J'ai aussi entendu parler de coques de noix de coco broyées,utilisées sur les pétroliers....
    Pas vraiment un produit régional!!!  pas facile à trouver!!!

    A force d'errer sur le net, dans les produits industriels de sablage, je suis tombé sur de  la coquille de noix broyée, calibrée entre 450 et 800 microns, vendue pas sac de 10 kg....

    Une couche de peinture fraiche poudrée sur toute sa surface, puis encore une couche ou deux par dessus... (faut qu'en même attendre que les couches sèchent avant d'en remettre une par dessus ! )

    J'l'ai pas essayé sous la pluie mais je suis content du résultat... Ca accroche sous les souliers et sous les pieds nus... Si on le trouve trop agressif, un petit coup de cale à poncer lui lime les dents...


    Pour le figaro 6, j'ai utilisé 3 kg de ce produit pour l'ensemble du pont, les bancs et le fond du cockpit, disons un petit 10 m2.....

    La préparation est un peu longue puisqu'il faut cacher tout ce qui ne doit pas devenir "antidérapant"...

    Pour "bien faire", avant la couche de finition, il faut enlever les premiers caches, nettoyer et en remettre des propres pour limiter le champ d'application de la peinture.

    Le lien vers les coquilles de noix:

     http://www.bpac.fr/boutique/abrasif-grenaille-vegetale-312.html



    / Note de l'éditeur du blog;
    Etienne est très cohérant dans sa démarche, des coquilles de noix comme anti-dérapant pour sa coque de noix de Figaro 6, un grand bravo, belle trouvaille !
    ;-)

     


    votre commentaire

  • Voici une bonne page de publicité pour un produit qui me parait très abouti, et m'en servant très régulièrement depuis plus de six mois y compris à bord en voici un retour "terrain";

    Après avoir subi une nuit compliquée au mouillage pour cause de lampe trop faible pour bien prendre des repères sur la côte environnante, je me suis fait offrir ;-) une lampe torche dont la fiche technique paraissait prometteuse pour une lampe de taille réduite, la lampe Nitecore EA41


    En voici les caractéristiques;

    Lampe Torche Nitecore EA41 1020Lumens - utilise 4 piles LR06/ AA - autonomie max 400h à 1 lumen - waterproof jusqu'à 2m IPX-8 - portée 335 mètres

    Quelques photos;

    Une lampe torche performante; Nitecore EA41

     

    Une lampe torche performante; Nitecore EA41

    Une lampe torche performante; Nitecore EA41

    Une lampe torche performante; Nitecore EA41

    Une lampe torche performante; Nitecore EA41


    Cette petite lampe compacte est assez bluffante, car elle est réellement très puissante, avec un faisceau assez étroit, une lumière très blanche. On la tient bien en main mais n'étant pas caoutchoutée, elle peut glisser et enfiler la dragonne fournie est indispensable à chaque usage, par sécurité.

    Je n'ai bien sûr pas mesuré la distance à laquelle on peut éclairer un sujet, les 335m ne sont peut être pas  exacts mais elle éclaire vraiment loin.

    Le positionnement des piles se fait facilement lorsqu'il y a de la lumière, dans le noir ce serait certainement plus compliqué à cause des ergots empêchant un mauvais positionnement du couvercle vissant.

    Cette lampe a deux petits boutons, l'un pour l'allumage /extinction et l'autre pour changer de modes (continu, clignotant etc) et la puissance. Il vaut mieux lire le mode d'emploi pour en comprendre les subtilités !  Je n'ai pas réussi à tout mémoriser ;-) et j'utilise les fonctions "simples"
    Une bonne chose, la lampe a une "mémoire", la dernière puissance utilisée sera en cours à l'allumage suivant. La puissance minimum est très utile pour se déplacer sans réveiller tout les dormeurs voisins.


    Au titre des inconvénients;

    -Cette lampe est cylindrique, et donc par conséquent, elle peut rouler ! Il faut lui choisir un logement adapté à bord, d'autant que comme le corps de la torche est en aluminium, le bruit généré au roulis pourra vite lasser !
    -Il faut bien penser à la ranger dans son étui avec l'interrupteur dans un angle arrière de sa pochette, sinon l'interrupteur peut être actionné par inadvertance par une pression sur la pochette et à partir de là, adieu les batteries !
    -Il faut toujours avoir en tête que c'est une lampe puissante, et qu'il ne faut surtout pas éclairer les visages ou les animaux nocturnes à courte distance, car l'éblouissement peut être dangereux !
    -Son prix, qui sans être excessif, n'est pas anodin pour une petite lampe torche.


    Conclusion;

    Je ne connais pas la durabilité dans le temps de cette lampe, ne l'ayant que depuis moins d'un an (les interrupteurs sont en caoutchouc) mais elle parait très bien fabriquée et solide, vraiment une "super" lampe torche compacte, puissante et ayant une bonne autonomie si on ne l'utilise pas souvent à pleine puissance.
    J'en suis absolument ravi et satisfait, je conseille vraiment.
    Bien plus efficace que les Mag-Lite ou autres que j'ai pu avoir avant.
    C'est juste le complément idéal aux petites lampes frontales indispensables à bord.

    Je l'utilise avec des batteries rechargeables eneloop pro 2450mAh AA, je n'ai pas vu de différence de puissance avec les piles alcalines mais il doit en avoir une que je n'ai pas perçue.

    Il est notifié dans le mode d'emploi qu'il faut enduire le pas de vis du corps de la lampe (ou se visse le capot) de lubrifiant silicone pour préserver l'étanchéité de la lampe, ce que je vous conseille de faire régulièrement.






    1 commentaire

  • Voici notre pied de mât "sur jumelles" que nous avons conçu pour le mât de notre Figaro 6.
    Résultat des premiers tests d'ici quelques mois, lorsque les températures autoriseront collages et jointages et que nous pourrons tester notre premier matage "a blanc" !
    Vous remarquerez les trois perçages pouvant acceuillir l'axe, nous donnant une option de réglage d'emplacement du mât.

    Un pied de mât "sur jumelles"

    Un pied de mât "sur jumelles"


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique