• Un Figaro 5 "proto" !

    Jean nous envoie une photo en navigation de son Figaro modifié pour régater en catégorie "proto",
    Le challenge le plus compliqué à concevoir étant tant la quille relevable inclinable que les foils extensibles !
    Bravo Jean, quel talent !


    Un Figaro 5 "proto"


    3 commentaires

  • "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018


    Les 23 et 24 juin 2018, pour la 14ème édition de la Route du Sable, nous allons à nouveau remonter l'Aulne, à la voile et à l'aviron, au départ des cales de
    ROSNOEN, DINEAULT, TREGARVAN, jusqu'à  PORT-LAUNAY puis CHATEAULIN.

        Bienvenue à toutes les embarcations voiles-avirons ou traditionnelles : aux yoles de l'Odet, Bantry, Morbihan, Chester, Seils, Abers, Skerry, Silmaril, Doris, Ilurs, Minahouet, Skiffs, Aulne, Gazelle des sables, etc ... bref, aux embarcations qui utilisent le vent ou l'huile de coude pour naviguer. 

    Cette navigation s'inscrit dans la convivialité. C'est un moment d'échanges et d'animation de la magnifique vallée de l'Aulne !  Venez naviguer avec nous ou embarquez à bord de bateaux du patrimoine !

    "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018

    "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018

    "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018

    "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018

    "La Route du Sable" remontée de l'Aulne les 23 & 24 Juin 2018



    Claude QUEVARREC

    Président de l'associationTél. 02 98 81 02 99

     

    Meil Ar C’Haro - 29590 Rosnoën
    contact@routedusable.fr

     


    votre commentaire

  • Voici la présentation d'un couteau d'une marque réputée et reconnue pour sa qualité de fabrication et une garantie très sérieuse (à vie).


    Le Victorinox  Ranger grip  Boatsman

    Le roi des couteaux marins ?
    Sous des allures un peu criardes jaune et noir, le couteau-outil Victorinox a des fonctions séduisante pour les plaisanciers tels que nous.

    Le roi des couteaux marins ?

    La lame principale s'ouvre d'une main ("une main pour le bateau, une main pour...") et a un tranchant denté sur les 2/3, pratique pour sectionner un cordage.

    Le déblocage de la lame se fait par pression sur le drapeau Suisse, c'est un clin d'oeil amusant.

    Ce couteau possède une pince plutôt fine qui se replie dans le manche et équipée d'un ressort pour pouvoir l'utiliser là aussi d'une seule main

    Parmi les outils spécifiques pour le bateau on déplie un épissoir intégrant un démanilleur et un décimètre décliné en cm et pouces.

    Le porte outil intégré dans le manche peut recevoir l'embout cruciforme ou l'embout plat.

    Le roi des couteaux marins ?

    Ce couteau  Victorinox diffère de ses principaux concurrents (Letherman / Swisstool par exemple) car il intègre un outil absolument indispensable à bord, le tire-bouchon !

    Ce couteau en inox et matières plastiques offre une bonne prise en main.

    Les différentes fonctions de ce couteau 23 fonctions / 11 pièces

    -Grande lame blocable à ouverture d'une main tranchant 2/3 ondulé
    -ouvre boites
    -tournevis 3mm
    -tournevis blocable 6mm
    -décapsuleur
    -dénude fil électrique
    -poinçon alésoir
    -chas d'aiguille
    -tire bouchon
    -épissoir
    -démanilleur avec mesure en cm et en pouces
    -pince bec fin
    -coupe fil metallique
    -serre écrous
    -porte embouts pour embout phillips 3 et embout plat 0,6x4,5cm
    -pincettes
    -cure dents
    -anneau + étui nylon se fixant à la cinture et intégrant des inserts textiles pour les deux embouts

    Dimensions:

    • Longueur : 130 mm
    • Largeur : 31 mm
    • Epaisseur : 33 mm
    • Poids : 268

      Le roi des couteaux marins ?


      Notre avis après deux ans d'utilisation, à terre comme en mer;


      C'est un excellent couteau utilitaire, vite devenu indispensable !

      Une très bonne tenue en main, un excellent antidérapant sur le manche aide à ne pas glisser.

      La pince est réellement fonctionnelle, comme à peu près tous les outils.

      La "pincette" plastique est un peu gadget, ce n'est pas une vraie bonne pince à épilée, mais elle est capable d'enlever une écharde (testé) et sur des bateaux en bois, c'est utile !

      Le tire bouchon est présent et fait son office, il est juste un peu petit.

      Le système de blocage-débocage de la lame est vraiment très pratique et efficace !

      La taille et le poids de ce couteau font que l'on ne peut le garder dans la poche, c'est un peu encombrant.
      Il se laisse oublier si on le garde dans son étui à la ceinture, si on ne fait pas trop de gymnastique à bord  ;-)

      La taille de ce couteau, dans l'ambiance paranoïaque (compréhensible dans certains lieux) de l'époque, doit toujours faire penser à bien le cacher sous d'autres effets personnels lorsque l'on se ballade en ville, au sortir du port, et qu'il vaut mieux ne pas tenter de rentrer avec dans certains édifices (musées nationaux ou grandes médiathèques par exemple) ou aux grandes fêtes maritimes en tant que piéton...

      Personnellement j'ai rajouté un cordon solide à l'anneau, afin de sécuriser le tenue du couteau, cordon resserré sur le poignet dès que le couteau sort de son étui, et lorsque ça bouge (ou pas, on peut être maladroit) il ne peut tomber plus loin que la longueur du bout'   ;-)

      J'ai aussi enfilé sur ce cordon une petite pièce percée (5 centimes je crois) bien utile pour sortir les petites lames, afin de ne pas se casser d'ongles à la manoeuvre !
      ;-)


      Les moins:

      -Le tire bouchon s'est un peu déformé, il ira donc en garantie, ce qui me permettra d'avoir un avis personnel sur ce point là !

      -Le prix !!!  Il est affiché au "prix public" d'environ 170 euros, prix bien "verrouillé" par Victorinox.
      Si vous voulez le trouver moins cher, je vous conseille d'aller faire un tour sur une grande avenue Brestoise, en allant vers le chateau et le musée de la Marine, par exemple...
      Vous y verrez un coutelier aux vitrines et rayons très bien achalandé,
      ... et aux tarifs très concurrentiels !
    • Là, j'ai été vert !

      "Le prix s'oublie, la qualité reste ! "
      ("Les tontons flingueurs")

      Il existe heureusement des alternatives Victorinox moins onéreuses à ce couteau, dans la série des "Ranger grip" n°68 ou n°178 par exemple, toujours à lame à ouverture d'une main toujours avec blocage et le manche bi-matières pour une bonne tenue en main, mais vous perdrez les options "marines" de ce couteau.
      La gamme est assez étendue, il faut vraiment faire des recherches pour comparer les fonctions de ces différents couteaux.

     

     


    votre commentaire

  • La suite du chantier en photo  ;-) bientôt paré pour l'appareillage !


    Un nouveau Figaro 6 / épisode 56

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 56

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 56

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 56

    Un nouveau Figaro 6 / épisode 56




    votre commentaire

  • Le temps des régates de Figaro.

    Le Figaro a été conçu pour la croisière côtière plutôt que pour la course, pourtant, au temps de la jeunesse de la série, l’ASCOFI (l’Association des Constructeurs de Figaro) organisait chaque année cinq ou six régates, le terme de “rencontre” qu’elle utilisait pour qualifier ces événements marquait bien sa volonté de favoriser, avant tout, les contacts entre les propriétaires de Figaro.

    Le dessin (ci-dessous) qui illustrait alors le bulletin de liaison traduisait la volonté de l’association de développer cette activité.

    Le temps des régates !



    Les régates étaient un moment fort pour faire la connaissance ou retrouver d’autres constructeurs, échanger des astuces, observer l’équipement des bateaux, se perfectionner à la manoeuvre et améliorer les réglages. C’était aussi une bonne préparation technique aux futures navigations.


    En 1981, Norbert Lecomte, dans son éditorial du bulletin de l’ASCOFI exhortait les Figaristes à participer, au moins une fois dans l’année, à l’une des rencontres inscrites au programme. Il faut dire que le bilan de l’année précédente était modeste.

    En 1980, sur les 400 bateaux construits, ou en construction (dont 175 cotisants à l’ASCOFI), 23 bateaux avaient participé à des rencontres.

    En fonction du classement de chaque épreuve, des points étaient attribués aux bateaux, ce qui a abouti au podium suivant à la fin de l’année 1980 :

    1er        n°124 : Jeantheau frères  134 points
    2 ème   n°565 : Lecomte              87 points
    3 ème   n°325 : Descourtieux       61 points

    Personnellement, j’étais en milieu de peloton : 10 ème avec le  n°44 et 21 points.

    Au départ des régates, le nombre de bateaux engagés dépassait rarement la dizaine.

    Par exemple, en 1980 :  9 bateaux aux Settons,  6 bateaux aux Nénuphars,  6 bateaux aux Patofrais (en hiver !!).

    En 1981 le critérium national des Figaro était organisé au lac du Der et des sorties plus touristiques étaient au programme: une semaine en Hollande (accueil par l’AS Vaurien de Hollande), le golfe du Morbihan et l’île de Houat ainsi qu’un stage de croisière aux Glénans (prévu chaque année à condition de réunir un nombre suffisant de candidats).

    Les trois photos qui suivent ont été prises lors du challenge des Settons de 1978, c’était la première régate avec mon Figaro, le vent soufflait fort et nous avions du prendre un ris lors de la dernière manche. J’avais terminé 2 ème de ce challenge, sur 13 participants,  et comme j’étais “le nouveau” on m’avait chargé de rédiger le compte rendu pour le prochain bulletin.

    Le temps des régates !

    Le temps des régates !

    Le temps des régates !



    Les deux photos suivantes ont été prises à Jablines (sans garantie !)

    Le temps des régates !

    Le temps des régates !



    Enfin cette  photo illustre l’une des régates auxquelles  je devais participer (seul Figaro parmi des bateaux habitables les plus divers) pour garder ma place au ponton géré par le club de voile de Bonneuil sur Marne.

    Le temps des régates !



    La navigation sur ce plan d’eau était très particulière, chaque hangar, chaque tas de sable avait son propre régime de vents. Il n’était pas rare de voir le vent tourner de 180 ° sur quelques dizaines de mètres !

    JK



    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires