•  

    "Le loup des mers" de Jack London


    Le-Loup-des-mers-copie-1.png

     

    Le Mot de l'éditeur : Le loup des mers

    Dès sa parution en 1904 Le Loup des mers fut reconnu comme un chef-d’oeuvre. Un chef-d’oeuvre du « roman d’aventures »… ce qui consterna London – lequel avait rêvé là d’une sorte de « roman total », comme avait pu être un demi-siècle plus tôt le Moby Dick de Melville. Fasciné à l’époque par les idées de Nietzsche – qu’il cherchera à réfuter plus tard sans pouvoir vraiment s’en détacher –, le combat des hommes qu’il évoque, affrontés à un océan aveugle et sourd, c’est d’abord celui de l’Idée contre ce qu’il est convenu d’appeler le Réel. La tempête, les mutineries réprimées, la chasse aux phoques sont bien là, certes, et violemment là même. Mais comme autant d’hameçons lancés au lecteur sédentaire en attente d’un autre espace où l’Esprit puisse s’ébattre dans un monde à sa mesure.


    Notre avis:


    Roman exceptionnel relatant les aventures d'un jeune homme urbain, critique littéraire du nom de Humphrey Van Weyden, confronté au tyrannique et impitoyable capitaine Loup Larsen, à bord de la goélette « Le Fantome » .

    Violant, brutal, meurtrier, Loup Larsen, d'une force physique exceptionnelle, terrorise son équipage de matelots et de chasseurs de phoques et n'aspire qu'au combat et à la confrontation, que ce soit contre les hommes, les bêtes ou les éléments.

    Au fil des pages, on assiste aux tragiques disparitions de membres d'équipage ainsi qu'à la transformation autant psychique que  physique du jeune Humphrey Van Weyden qui, tout en le haïssant, reste fasciné par le personnage de Loup Larsen dont la philosophie, le matérialisme et la brutalité lui répugnent.

    Une fois commencé, impossible de lâcher ce roman plein de rebondissements et très prenant, allant de conflits en bagarres, meurtres, tempêtes ainsi que réflexions sur la vie, la mort, l'eau-delà, la mer...
    Un roman indispensable !


    Editions Phebus, collection Libretto
    Format 12cm x 18cm, 256 pages


    1 commentaire
  • Voici un film qui parlera aux possesseurs d'un Figaro 6 !

    La tentative de traversée d'un océan sur un voilier bois de 6 mètres    :-)

     

    Seul Pacifique 1

     

    Seul sur l’océan pacifique (1963) de Kon Ichikawa
    Titre original : « Taiheiyô hitoribocchi »

    « Seul sur l'océan Pacifique »:

     

    Note de l'éditeur du DVD:

    "Inspiré de l’exploit de Kenichi Horie, premier Japonais à s’être mesuré seul à l’immensité de l’océan Pacifique, Seul sur l’océan Pacifique est le récit d’une incroyable épreuve humaine. L’utilisation éblouissante du format Cinémascope en pleine mer, l’intensité de la musique composée par Toru Takemitsu et l’originalité de l’approche psychologique d’Ichikawa font de ce chef-d’œuvre épique une ode poignante à l’humanité. "

     

    Le jeune Kenichi Horie quitte clandestinement le port d'Osaka au coeur de la nuit pour réaliser son rêve, traverser l'océan Pacifique avec son petit voilier de 6 mètres...

    « Seul sur l'océan Pacifique » est le récit d'une histoire vécue basée sur le livre du navigateur.
    Si l'idée d'accompagner un homme solitaire sur son bateau peut engendrer quelques craintes au spectateur, l'histoire est au final  tout à fait intéressante, Kon Ichikawa parvenant à rendre son personnage attachant malgré le portrait d'un jeune homme à tendance associal et égoiste, en conflit avec l'autoritarisme paternel et une société japonaise étouffante. Grâce à ses ruptures de rythme, le cinéaste évite toute monotonie et distille des petites notes d'humour tout au long du film.

    Notre jeune navigateur séduit non par son charisme mais par sa force de caractère et son auto-dérision omniprésente qui lui permettent de surpasser les nombreuses épreuves qui entravent sa route, l'acteur Yûjirô Ishihara interprétant à la perfection le personnage.

    Ses démêlées avec le chantier naval dont le professionnalisme est à l'opposé du perfectionnisme de notre jeune navigateur sont à mourir de rire !

    Au final nous avons là un bon film de voile, au rythme certes plutôt lent (film de 1963), mais intéressant et qui réserve quelques surprises tout en nous gratifiant de belles images de mer.
    Le beau petit voilier en construction traditionnelle est digne d'intérêt et se laisse regarder avec tout autant de plaisir !

     

    Kenichi Horie a été le premier japonais à effectuer la traversée du Pacifique à la voile en solitaire en 1962, à l'âge de 23 ans. Son bateau de 5m80 est exposé au San Francisco Maritime Museum. Kenichi Horie a plus tard continué à naviguer et a fait de nombreuses traversées à la voile, ou sur des bateaux fonctionnant à l'énergie solaire ou à l'énergie des vagues.

     

    Seul_Pacifique_2.png

     

    Seul_Pacifique_3.png

     

    Seul_Pacifique_4.png


    3 commentaires
  • Festival_Livre_et_Mer_Concarneau.png

     

    La trentième édition du Festival Livre & Mer se tiendra du 18 au 20 avril 2014. Elle sera présidée par l'écrivain Yann Queffélec.

    Les six romans sélectionnés pour le Prix Henri-Queffélec ont été annoncés jeudi 23 janvier au cours d'une soirée en présence de Yann Queffélec. 

    les ouvrages sélectionnés :

    « Passager vers l'enfer » de Lionel Camy

    « Un Pays qui n'avait pas de port » d'Isabelle Condou

    « L'Égaré de Lisbonne » de Bruno d'Halluin

    « En mer » de Toine Heijmans

    « Au bord de la mer violette » d'Alain Jaubert

    « La Clandestine du voyage de Bougainville » de Michèle Kahn



    Horaires d'ouverture;

    Journées scolaires :
    jeudi 17 et vendredi 18 avril 2014 de 9 heures à 17 heures

    Journées ouvertes au grand public :
    jeudi 17 avril à 20 h 30 : projection film en avant-première
    vendredi 18 avril de 16 heures à 19 heures.
    Samedi 19 et dimanche 20 avril de 10 heures à 20 heures
    (fermeture des caisses à 19 h).

    http://www.livremer.org/le-festival-en-pratique/

    Adresse de l'association :

    Livre & Mer
    3 rue Maréchal Foch - BP 334
    29900 Concarneau

    Téléphone : 02 98 97 52 72
    Courriel : livre.mer@orange.fr
    site: www.livremer.org 


    votre commentaire
  • Kililana-song_T1.jpg

     

    Kililana-song_T2.png

     

    « Kililana song »
    de Benjamin Flao
    Tome 1: ISBN : 9782754803755
    Tome 2: ISBN : 9782754808576
    Éditeur : Futuropolis

    Un hymne à la liberté et à l’aventure.

    « Dans l’archipel de Lamu, au large du Kenya, Naim, un orphelin de 11 ans habite chez sa tante Maïmounia, qu’il adore. Refusant d’aller à l’école coranique car peu enclin à la discipline, il préfère l’école buissonnière, et malgré son frère Hassan qui le course régulièrement, il passe son temps à flâner, déambuler et traîner dans les faubourgs de la ville, vivant de petites magouilles. D’un naturel curieux, ouvert à la vie et aux autres, chaque moment de ses journées, chaque rencontres qu’il fait, lui donnent matière à réfléchir avec le bon sens qui le caractérise. Il croise ainsi Günter, un capitaine de marine hollandais, échoué sur ces côtes pour cause de trafic illicite de hash, qui se doit de trouver dare-dare 70 000 dollars afin de récupérer et son navire et ses papiers. »


    Un capitaine de bateau qui connaît une avarie et se retrouve coincé dans le port, avec une cargaison mystérieuse. Un vieil homme débraillé vivant en marge du village. Des promoteurs projettant de commencer les travaux d'un complexe touristique sur une ile presque déserte. Un groupe de fanatiques islamistes armés se préparant a une action. Un arbre sacré peuplé d'esprits ancestraux protégé par Ali.
    Nous découvrons une riche galerie de personnages très divers dont les destins s’entremêlent...

    Curieux et plein de ressources, le jeune garçon débrouillard et malicieux nous fait découvrir  sa ville, son port, les huttes et les gargottes ou l'on croise des touristes et les jolies femmes qui tentent de les séduire, des dealers ou des pêcheurs. Traînant quotidiennement avec ses copains, Naïm sait monnayer ses services, comme avec le vieux Nacuda  à qui il doit ramener chaque semaine sa dose de quat, ou se faire apprécier des étrangers de passage pour recevoir quelques sous ou sodas.

    L'auteur prend le temps d'installer son récit et nous délivre des moments de silence illustrés par de belles pages contemplatives. Sans tomber dans l'exotisme de carte postale, il ancre son histoire dans une réalité africaine tout en justesse. La nonchalance locale, le soleil éblouissant, les femmes langoureuses s'accompagnent de corruption, de trafics, de petite prostitution.
    Kililana song est un dyptique nous immergeant dans l'afrique d'aujourd'hui d'où la magie traditionnelle ne s'est jamais complètement éloignée...
    Benjamen Flao nous embarque dans un conte contemporain plein de suspens, parfois cruel, mais toujours empli de tendresse pour son jeune héros, vers un épilogue innatendu.


    Ces deux albums sont une réussite autant graphique que scénaristique.
    Les sublimes dessins  aux couleurs magnifiques sont en parfaite symbiose avec l'histoire, entre terre et mer, mer qui reste présente à chaque case...Un hymne à la liberté et à l’aventure.

    Que ce soit sur une mer d'huile ou en pleine tempête, les omniprésents voiliers traditionnels sont superbement dessinés. Les humeurs d'une mer capricieuse sont illustrées par une formidable palette de couleurs incitent  à la rêverie.
    Des albums à ne pas manquer !

     

     

     

    Distinctions pour le tome 1:
    -Sélection pour le Prix des libraires de bande dessinée 2012
    -Prix Ouest-France/Quai des bulles 2012
    -Finaliste du Prix 2012 des Rédacteurs de Sceneario.com

    Distinctions pour le tome 2:
    -Sélection officielle Angoulême 2014
    -Prix Marine-Océans 2013
    -Le "Grand Prix RTL de la bande dessinée 2013"
    -Prix du public Cultura
    -Finaliste du prix de la critique ACBD 2013

     

    Kililana_Song_3.jpg

     

    Kililana_Song_4.jpg

     

    Kililana_Song_5-copie-1.jpg

     

    Kililana_Song_6.png

     

    kililana_song_7.jpg

     

    Kililana_Song_8.png


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique